Publié le 15 décembre 2017
MARION HAERTY

MARION HAERTY

CHAMPIONNE ET ALORS ?

Snowboard, Interview

 UN PALMARÈS UNIQUE DANS TOUS LES STYLES

 

Snowboardeuse multi-cartes, Marion Haerty, 25 ans seulement, a déjà tracé de belles courbes dans sa vie de snowboardeuse, dans toutes les disciplines. Son titre de championne du monde de freeride l’hiver dernier en est un bon exemple. Et ce n’est pas fini.

Difficile de te présenter et de résumer ta carrière dans le snowboard. Comment te présenterais-tu ?

Je gère de front mes études en master entrepreneuriat et commerce, ainsi que la préparation d’une nouvelle saison. Ce qui est sûr, c’est que je ne commencerai pas en disant : je suis championne du monde de freeride !

Et pourtant, c’est bien ton dernier titre, après un parcours dans le snowboard très éclectique !

Feestyle, boardercross, freeride… la vie est assez courte, il y a plein de choses à découvrir. Je pratique aussi le wake, le surf, le skate, tout ce qui me procure des sensations de glisse. Je rencontre des gens et des milieux différents et je transmets des schémas d’un sport à l’autre. Dans le parapente, il y a une notion d’engagement comme dans le freeride : c’est toi et ta planche, toi et ta voile. Je réfléchis beaucoup à la raison pour laquelle je me suis donné corps et âme pour ce titre. Opérée deux fois de la cheville, je n’aurais jamais cru être championne du monde ! C’est surtout une revanche sur la vie plus que la couleur de la médaille. Surmonter mes peurs, le manque de confiance en soi, apprendre sur moi-même… C’est cela qui m’intéresse plus que l’aspect médiatique. Etre interviewée tous les jours, je n’aime pas particulièrement !

Ce qui est sûr, c’est que je ne commencerai pas en disant : je suis championne du monde de freeride !

Quel est ton prochain objectif ?

Utiliser mon bagage technique de freestyle et le transposer en freeride. En disant cela, je me mets la pression ! Maintenant que je l’ai dit, je dois le faire ! Je crois dans le pouvoir de la parole. Je n’oublie pas, en revanche, de me concentrer sur l’essentiel : s’amuser, s’écouter, se faire plaisir, rider. Cela fait partie intégrante de ma préparation car ce sont les raisons pour lesquelles je pratique ce sport. Cet hiver, j’ai eu mon titre mais je ne me suis pas amusée. On a passé beaucoup de temps à attendre la neige, ce n’était pas facile. Ce sera mieux cet hiver, je pars au Canada et je vais tout couper pour pouvoir aller rider avec une copine. Cela dit, dès que la saison dernière s’est terminée, j’avais déjà la tête dans la porte de départ de la première étape de l’hiver suivant : je ne m’arrête jamais de rider, mentalement !

Quels conseils donnerais-tu à un(e) jeune snowboarder (euse) ?

Bien s’entourer, ne pas avoir peur de s’ouvrir aux autres. Tant que ton coeur et ton ventre parle, tu es sur la bonne voie, ça fait cliché de le dire mais c’est vrai. Par exemple, il y a deux ans, je revenais de ma première opération à la cheville, je n’arrivais pas à décrocher assez de points pour être sélectionnée en slopestyle. Je donnais toute mon énergie et ça ne marchait pas : je n’ai pas été sélectionnée pour les JO d’hiver de Sochi en 2014. J’ai pris le temps de faire le point, de me demander pourquoi je me battais en slopestyle et si je me faisais vraiment plaisir. J’ai décidé d’arrêter et de rejoindre le circuit de freeride, d’abord par les qualifications et puis sur le tour principal, le Freeride World Tour (FWT), où j’ai été invitée trois jours avant le début. Qu’une structure comme le FWT me donne ma chance, croit en moi, ça m’a propulsé !

Nous les filles, on n’a pas confiance en nous, on a besoin d’être rassurées. J’aimerai que les filles de demain croient en elles, soient persuadées qu’elles peuvent devenir championnes du monde. Trouver notre force en nous-même…

 

Interview : Guillaume Desmurs
Photos : Charline Van Haaren / Freeride World Tour 2017

Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.