Publié le 20 décembre 2021
Antoine Mesnage, Le chasseur de l'instant
Crédit photo : ©DR

Antoine Mesnage, Le chasseur de l'instant

Trappeur de l’équilibre

Slackline, Portrait

Antoine Mesnage a été recensé comme l’un de ces oiseaux rares. Volatiles majestueux et peu communs. En effet, à 26 ans, il est de ceux qui, passionnés par l’aventure, perfusés à l’adrénaline, repoussent les limites de leur corps et de leur esprit quotidiennement. Highliner de haut niveau et photographe, vous pourrez l’apercevoir suspendu entre deux aiguilles du massif du Mont-Blanc ou autour du lac d’Annecy, ville natale de ce chasseur de l’instant. Qui traque l’équilibre et le kiff comme une proie. 

Un berceau vertical
Bercé par la verticalité, son père lui fait découvrir toutes les facettes de la montagne et notamment de l’escalade. Monter et descendre, s’approprier les voies et apprivoiser la roche, telle est l’enfance menée par Antoine. En grandissant, sa recherche d’identité l’amène à inverser le prisme. De vertical, le monde d’Antoine passera à l’horizontale, au bout d’une sangle. Dès la 3e, c’est la slackline qui le passionnera. Il en découvre rapidement tous les aspects, jusqu’aux championnats de France, avec une 8e place en 2014.

 

Après plusieurs années de compétitions en slackline et jumpline - où sauts, figures et acrobaties en tout genre sont de mise - il ressent le besoin de se mettre en quête d’autre chose. Difficile de mettre des mots sur cette envie impalpable, mais une seule certitude : il veut se porter vers plus de liberté et plus d’artistique. Dès lors, c’est tout naturellement que la highline, cette sangle tendue au-dessus du vide, s’offre à lui. Le principe reste similaire, c’est ici l’engagement qui diffère, qui s’accentue. Un monde s’ouvre à lui : rempli d’opportunités et de possibilités. Antoine s’ouvre un nouvel horizon. 

Après un an de vadrouille en van, parce qu’il parait que la terre est ronde, Antoine revient à Annecy, sa ville natale. Il a 26 ans. En quête de sens, il multiplie les projets engagés et met toute son énergie dans la recherche de l’instant. Celui qui nous fait sentir vivant. Celui qui s’impose comme une évidence pour peu qu’on l’interroge. 

Crédit photo : ©Mathis Dumas

Chasser l’instant T . . .
A l’instar de ceux qui font bouger les lignes, il propose une vision bien différente des standards : relier deux points en équilibre, attaché à la vie par cet unique objectif de traversée. Une question surgit alors : comment un élément de 2 cm de large peut-il s’imposer comme un vecteur de passion, de peur et de magie ? La réponse se trouve certainement un peu ancrée dans ce « flow », cette sensation incomparable propre à chaque session de highline : vivre dans l’instant présent, sinon rien d’autre. 
Une belle métaphore de la destinée humaine : c’est aussi ce que nous tentons chacun de vivre, en nous fixant nos objectifs de vie, relier un point plus ou moins lointain souvent avec les seuls moyens à disposition, notre corps, nos pieds pour avancer et nos yeux pour voir. Antoine s’explique et creuse la métaphore : « Il y a toujours du mouvement en highline. Le but, c’est de gérer cela comme un déséquilibre constant. Sur une grande ligne, 300 m par exemple, si tu as le malheur de te projeter sur l’arrivée, il est impossible que tu ailles au bout.  Avant d’anticiper la finalité, il faut déjà mettre un pas devant l’autre. Se concentrer uniquement sur l’instant T ». 

La highline, c’est une métaphore de la vie. Il faut gérer un déséquilibre constant en se concentrant sur l’instant présent !

Lorsqu’il continue de peindre le portrait de son sport, on comprend que le jeune annécien l’envisage avant tout comme une découverte de soi, une introspection et un dépassement, qui vire parfois à l’extrême. Comme ce jour où, suspendu au réel par quelques phalanges, Antoine expérimente une traversée, une autre sorte de « voyage » dénu(d)é de fioritures, au plus proche de la sangle et des éléments.

Le « Petit Prince de la highline » n’en est pas à son premier coup d’essai. Ni à son premier buzz. Plus de 10 ans à pousser, développer la discipline et la mettre en avant par des créations autant artistiques que sportives, visuelles que techniques. Vous avez peut-être en tête les images prenantes de sa traversée des Aiguilles du Grépon, ou bien celles de la ligne de 430 mètres tirée au-dessus du lac d’Annecy. Ce sont toutes ces expériences exploratoires qui forgent l’homme. Dans son discours, il assume d’ailleurs sortir des sentiers battus. Innover. La nouveauté en ligne de mire. Plus juste, plus sobre, la beauté prime selon lui sur la performance.

Raison pour laquelle, il tente d’épurer sa pratique en l’amenant petit à petit vers un idéal artistique. « Ma démarche, c’est surtout d’aller chercher des lignes très esthétiques, même si elles ne font que 15 mètres de long. Avant, je devais me prouver à moi-même que j’étais capable de faire des choses difficiles, aujourd’hui j’ai beaucoup plus de sensibilité. J’ai une vie plus saine aussi, plus simple, plus épurée, plus proche du strict nécessaire, et ça se traduit sur mes lignes ». 

La highline se prête parfaitement à cette approche de la montagne. Longtemps moquée pour son coté « hippie », elle se révèle être un sport atypique qui mixe le savoir-faire de plusieurs disciplines, des techniques d’alpinistes à celles des grimpeurs. Elle incarne la polyvalence du sportif alpin dans toute sa grandeur, mais met aussi en valeur la pureté de la roche, de ses lumières, des grands espaces et de sa diversité. La discipline repousse également les limites de la peur, pourtant omniprésente lorsqu’on se lance sur la sangle. Mais avec un pouvoir d’attraction dont on ne peut se défaire. Une sensation étrange qui se mêle souvent à la volonté d’aller plus loin, de vouloir toucher l’autre côté du bout des pieds et ainsi épouser la réussite du bout des doigts. Le haut-savoyard témoigne : « La peur, on la gère, on la recherche. D’une certaine manière, elle devient très agréable, car elle nous permet de mieux apprécier les moments plus routiniers et paisibles du quotidien. ». 

il y a quelque chose d’assez fort, cette vie qui tient à une main. Le faire nu, cela ramène une vision artistique, comme un éloge de la liberté.

. . . puis le capturer
Puis, naturellement, sa passion des grands espaces, de l’esthétisme et des belles lignes amène Antoine à une autre façon de figer l’instant présent : la photographie, aujourd’hui son métier. Il met du cœur et de l’esprit dans son travail. Il noue des partenariats avec de belles marques de l’outdoor et proposent des rendus en phase avec sa vision de la montagne et du sport : artistique, délicate et inspirante. Cette dualité se révèle intéressante, car elle laisse apparaitre deux facettes aussi différentes que complémentaires : d’un côté, l’être humain du moment présent à la recherche de ce flow quasi jouissif, qui pousse à remettre son pied sur la ligne suspendue ; et de l’autre côté, la mission de capturer l’instant, de le figer, de le suspendre du temps au travers de l’appareil. Bizarre de vivre et de figer l’instant présent en même temps non ? Pas tant que ça finalement. Car c’est le propre des chasseurs : ils traquent puis capturent. Ainsi va la vie d’Antoine, le chasseur d’instant. 

Est-ce paradoxal de vouloir vivre et en même temps capturer l’instant présent ? 

Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.